Renforcement des systèmes WASH au Guatemala: entretien avec le directeur des programmes d'Helvetas

Renforcement des systèmes WASH au Guatemala: entretien avec le directeur des programmes d'Helvetas

Renforcement des systèmes WASH au Guatemala: entretien avec le directeur des programmes d'Helvetas 3264 2448 Agenda for Change

Le conseil municipal de San Miguel Ixtahuacán reçoit une copie imprimée du règlement sur l'eau urbaine (Union européenne / HELVETAS Guatemala).

Contexte: HELVETAS travaille au Guatemala depuis 1972 dans trois domaines d'intervention: l'eau, l'assainissement et l'hygiène (WASH), les chaînes de valeur agricoles et l'autonomisation des femmes. Depuis 2013, ils ont introduit des approches de travail pour le changement systémique dans la prestation de services WASH dans le Région des Highlands de l'Ouest, en se concentrant sur une gestion plus équitable de l'eau et une participation et une influence plus directes des utilisateurs finaux sur la gouvernance locale de l'EAH. HELVETAS et d'autres ONG (Water For People, CARE, etc.) font partie d'un réseau national de plaidoyer pour l'eau et l'assainissement appelé RASGUA (Red de Agua Potable et Saneamiento de Guatemala). Vous trouverez ci-dessous un résumé d'une interview avec le directeur du programme HELVETAS Guatemala (lire l'interview complète ici).

Alec Shannon (AS), stratège de contenu, Agenda pour le changement: quand et pourquoi HELVETAS Guatemala est-il passé à une approche systémique?

Jan van Montfort (JVM), directeur des programmes, HELVETAS Guatemala: Avant 2013, nous allions construire des systèmes d'eau dans un nombre limité de communautés, mais bien sûr, ce modèle n'était pas durable et l'impact était limité. Nous avons finalement conclu qu'il est et devrait être une tâche essentielle du gouvernement d'investir dans les systèmes d'eau et de fournir des services de base. Nous avons reconnu qu'en créant des systèmes parallèles, notre travail permettait au gouvernement d'éviter sa pleine responsabilité d'assurer le droit constitutionnel à l'eau pour tous les citoyens guatémaltèques. Nous avons recentré nos efforts sur l'autonomisation des organisations locales pour gérer leurs services d'eau et leur avons donné des outils et une formation pour plaider en faveur d'une prestation de services de base pour tous, de manière inclusive et avec intégrité.

AS: Quelles parties du système d'eau travaillez-vous pour renforcer?

JVM: Premièrement, nous avons commencé par aider les communautés à créer des structures de gouvernance pour superviser leurs services d'eau, à la fois par la formation et le renforcement des capacités. Nous pensions que les collectivités devraient pouvoir demander au gouvernement d'assumer la responsabilité des réparations structurelles, des améliorations requises ou des extensions de leurs systèmes d'approvisionnement en eau, ce que les collectivités ne peuvent pas se permettre. Nous avons organisé une formation de plaidoyer pour les membres de la communauté afin qu'ils puissent suivre de manière critique ce que fait le gouvernement et essayer de mettre plus clairement leurs propres besoins à l'ordre du jour, en utilisant les espaces de participation qui ont été créés par le biais de divers conseils de développement.

AS: Parlez-moi de votre processus.

JVM: Premièrement, nous avons aidé ces communautés à former des statuts. À l'origine, nous avions embauché des consultants et ils ont rédigé ces règlements, mais personne ne les a pris très au sérieux. Nous avons donc commencé à les développer de manière participative, en travaillant directement avec les utilisateurs de l'eau et en leur donnant les moyens de négocier en interne leurs propres règles et réglementations. Cela a pris beaucoup plus de temps, mais a produit des règlements administratifs sur l'eau que les communautés possèdent et appliquent vraiment.

Nous avons également commencé à renforcer les capacités des prestataires de services municipaux WASH et des associations («mancomunidades») pour appliquer leurs statuts avec la contribution des utilisateurs de l'eau. Cette méthodologie est désormais entièrement détenue et reproduite dans 13 municipalités, et les frais perçus permettent aux maires d'investir dans l'entretien de leurs réseaux d'eau communautaires. De plus, nous avons habilité les communautés à influencer les politiques et les budgets municipaux WASH, en exigeant la transparence, la participation et la responsabilité.

AS: Comment ce travail soutient-il les plans du gouvernement?

JVM: Selon le Code municipal du Guatemala, le gouvernement municipal doit prendre en charge les services d'eau et d'assainissement. Dans les petites villes, cela implique l'exploitation, l'administration et l'entretien des infrastructures pour les services d'eau. Dans les communautés rurales, cela implique de créer un environnement propice pour que la communauté gère ses propres services.

Pour y contribuer, HELVETAS a développé un modèle appelé OMAS («bureau municipal WASH»), qui travaille à renforcer le système WASH au niveau municipal à travers la formation et le renforcement des capacités. C'est devenu un modèle bien accepté; en fait, CARE[1] et plusieurs autres ont aidé à le faire évoluer à l'échelle nationale (voir annexe, étude de cas 4). Le modèle OMAS comprend une composante de formation afin que les municipalités puissent éventuellement assumer la responsabilité de la fourniture de services WASH dans leurs villes et leurs zones rurales.

AS: Qu'est-ce qui vous aiderait le plus à renforcer le système à ce stade?

JVM: Nous avons constaté que les frais d'eau perçus par les prestataires de services ne couvrent pas les réparations majeures; la plupart des systèmes d'alimentation en eau ont des fuites très élevées et manquent structurellement de protection de la source d'eau. C'est quelque chose sur lequel nous travaillons actuellement avec CARE, Water For People[2]et la Banque centraméricaine d'intégration économique - pour que les communautés puissent contracter des emprunts pour réparer les infrastructures et les rembourser sur leurs frais.

En outre, nous avons vu que de nombreuses autorités municipales et politiciens favorisent les investissements dans les infrastructures et se livrent à des pratiques de corruption lors de l'octroi de contrats. Cela conduit à un épuisement des ressources et à la frustration de la communauté. Par conséquent, nous avons commencé à former des journalistes indépendants et des dirigeants communautaires pour détecter, signaler et dénoncer les cas de corruption dans le secteur WASH.

[1] CARE est membre de l'Agenda pour le changement.
[2] Water For People est également membre.

Blog connexe: Le nouveau prix WASH pour le changement de systèmes de CARE décerné à CARE Guatemala

Jan van Montfort est directeur des programmes pour HELVETAS Guatemala. Il est actif dans la coopération au développement depuis 30 ans en tant que constructeur de capacités, conseiller en organisation, directeur de programme et consultant stratégique dans 28 pays différents. Il détient à la fois une maîtrise en génie civil et un MBA en gestion stratégique des affaires. Il a pris la responsabilité de diriger le programme d'Helvetas au Guatemala, par intérêt pour l'équipe, les projets et les partenaires, et se consacre à garantir que les interventions du programme sont innovantes et contribuent au changement systémique.

Retour au sommet